BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


lundi 23 septembre 2013

Un moustique trop bavard

Un beau matin, un moustique vint se poser sur le nez d'un iguane qui paressait dans un marigot (le bras d'un fleuve marécageux dans les pays tropicaux). Sans se demander s'il dérangeait, il commença à parler. Et patata et patati... Et patati et patata... Un vrai moulin à paroles....
De temps en temps, l'iguane ouvrait lentement un œil et secouait la tête pour tenter e faire tomber son encombrant visiteur. Mais rien n'y faisait. L'autre s'accrochait. Comme il sentait que son bavardage endormait son compagnon, il décida d'attirer son attention en lui apprenant quelque importante nouvelle.
- Sait-tu ce qui m'est arrivé ce matin ? demanda le moustique.
- Non ! grommela l'autre dans un demi-sommeil.
- Eh bien, je vais te le dire... Le soleil en personne m'a demandé l'autorisation de se lever.
- En voilà assez ! cria l'iguane. je préfère encore me priver d'oreilels que d'entednre de telles absurdités !
Sur ce, il prit deux touffes d'herbes, les enfonça profondément dans ses oreilles, et partit se faufiler dans la végétation.
Sans le voir, l'iguane croisa le python en train de faire sa promenade digestive et il ne répondit pas au bonjour de ce dernier.
Le rampant s'inquiéta. Pourquoi ne lui avait-il rien dit ? Etait-il fâché ? Lui voulait-il du mal ?
Soudain inquiet, il chercha une cachette où se mettre à l'abri de la colère de l'iguane et plongea dans le premier terrier venu.
Le lapin qui l'habitait fut terrifié par cette intrusion. il détala pour fuir par une autre sortie.
Une fois dehors, il continua à courir.
Le corbeau l'aperçut. Aussitôt, il pensa qu'un danger menaçait la forêt. Comme c'était son rôle, il donna l'alarme.
Un singe l'entendit et sauta comme un fou de branche en branche afin de prévenir ses camarades. En s'agitant ainsi, hélas, il cassa une branche qui tomba dans le nid d'un hibou. Cette maudite branche assomma un des petits de l'oiseau. Lorsqu’elle revint de la chasse, la mère hibou fondit en larmes en découvrant son petit si mal en point. Elle était triste au point d'oublier sa besogne de chaque matin : réveiller le soleil.
Ce jour-là, la nuit s'attarda sur la forêt.
Et le lendemain, comme la maman hibou pleurait toujours, elle oublia de nouveau. On commença à murmurer que le soleil ne reviendrait jamais. Et cela dura, dura, dura... tant et si bien que le lion décida de prendre les choses en main. Il convoqua tous les animaux pour qu'ils viennent s'expliquer autour d'un grand feu.
Il dut aller chercher la maman hibou qui n'avait pas répondu à son invitation.
Alors qu'elle reniflait tristement au fond de l'assemblée, il l'interrogea :
- Alors dis-nous, mère hibou, pourquoi ne veux-tu plus réveiller le soleil ?
- C'est que depuis que le singe a blessé mon petit, je n'ai plus le goût à rien, répondit-elle.
- A toi maintenant, singe, dit le roi. Pourquoi as-tu blessé le petit ?
- C'est que, répondit celui-ci, j'ai entendu le corbeau qui donnait l'alerte. j'ai voulu l'aider en sautant de branche en branche. Hélas ! l'une d’elles a cassé....
- A toi maintenat, corbeau, dit le roi. Pourquoi donnais-tu l'alerte ?
- C'est que, répondit celui-ci, j'ai vu détaler le lapin aussi vite que s'il vous avait eu à ses trousses.
- A toi maintenant, lapin, dit le roi. Pourquoi courais-tu si vite ?
 - C'est que, répondit celui-ci, un python avait fait irruption dans mon terrier. Je croyais qu'il voulait me manger tout cru.
- A toi maintenant, python, demanda le roi. Pourquoi es-tu entré aussi vite dans le terrier du lapin ?
- C'est que, répondit celui-ci, l'iguane n'avait pas répondu à mon bonjour et je croyais qu'il me voulait du mal, alors j'ai préféré me cacher dans le premier terrier venu.
le lion voulut interroger l'iguane, mais à cause de ses oreilles bouchées, il n'avait pas entendu l'invitation. L'antilope alla le chercher.
Quand ils virent l'iguane avec ses touffes d'herbes dans les oreilles, tous les animaux oublièrent un instant cette nuit qui n'en finisait pas et éclatèrent de rire. Le lion reprit ses esprits et demanda à l'iguane de se déboucher les oreilles, car il avait une importante question à lui poser :
- Pourquoi n'as-tu pas dit bonjour au python ?
- Mais, je ne l'ai pas entendu ! J'avais bouché mes oreilles pour ne plus entendre les stupidités du moustique !
- Donc, dit le lion, s'il fait nuit, c'est de la faute du moustique
qui a énervé l'iguane
qui a fait peur au python
qui a terrorisé le lapin
qui a alarmé le corbeau
qui a inquiété le singe
qui a blesé le petit du hibou
qui n'a plus voulu réveiller le soleil.
Tous les animaux se mirent à cier :
- Il faut punir le moustique !
A ce moment-là, le bébé hibou se réveilla sous l'aile de sa mère qui hulula de bonheur. Cela réveilla le soleil qui se mit aussitôt à briller.
Quant au moustique, ayant tout entendu, il prit soin de ne plus se montrer dans les parages.

De cette aventure, il lui reste encore sa mauvaise conscience.
C'est pourquoi, dans la pénombre, alors que vous ne pouvez pas l'apercevoir, il vient vous bourdonner sa sempiternelle question à l’oreille : "Êtes-vous encore fâché contre moi ? Êtes-vous fâché contre moi ?"
Et comment répondez-vous à un visiteur aussi bavard ? Après avoir en vain tenté de vous en débarrasser, vous vous bouchez les oreilles....

***
Conte africain
Tiré de "Mille ans de contes pour rire"
Éditions Milan jeunesse
 








Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...