BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


vendredi 29 juin 2012

Chanson pour sauter à la corde



La grenouille se marie
avec un alligator
et tout le monde lui dit:
"Grenouille vous avez tort".
Oui, mais la grenouille rit.
Elle rit de plus en plus fort
et dit: "Si je me marie
avec un alligator,
c'est pour avoir des enfants
avec cent quatorze dents".
Une grenouille avec des dents,
voilà qui est amusant.
Une, deux, trois, quatre,
la grenouille veut se battre.
Cinq, six, sept, huit,
allez vous cacher bien vite.
Neuf, dix, onze, douze,
la grenouille est très jalouse ...
- Treize, quatorze, quinze, seize -
de toutes les grenouilles anglaises.

***
Chanson d'Anne Sylvestre

jeudi 28 juin 2012

Berceuse pour une pomme



Pomme, pomme, dormez-vous? (bis)
Pomme rouge,
rien ne bouge.
Pomme d'api,
y a plus de bruit.

Hé hé, dit la pomme,
pourquoi voulez-vous que je dorme ?

Pomme, pomme, rêvez-vous? (bis)
Pomme blanche,
c'est dimanche.
Pomme d'api,
y a plus de bruit.

Oh oh, si je rêve,
comment voulez-vous qu' je me lève ?

Pomme, pomme, riez-vous? (bis)
Pomme verte,
bouche ouverte,
pomme d'api
y a plus de bruit.

Hum hum, dit la pomme,
mais je peux rire dans mon somme.

Pomme, pomme, dites-moi, (bis)
pomme d'or,
puisque tout dort,
pomme d'api
qui fait ce bruit?

C'est moi, dit la pomme.
Mais dis, tu veux bien que je dorme !

***
Chanson d'Anne Sylvestre

mercredi 27 juin 2012

L'huitre




Une huître se mit à marcher.
Je ne sais encore comment
Elle s'y prit si aisément,
Car elle n'avait pas de pied.
Elle alla chez le cordonnier.
Je ne sais encore comment
Il s'y prit si commodément
Pour lui faire de beaux souliers.
Et l'huître partit pour le bal.
Je ne sais encore comment
Elle s'y prit si savamment
Pour danser avec un journal.
Le journal lui parla d'amour.
Je ne sais pas encore comment
Il s'y prit aussi galamment,
Car il venait de Singapour.
Toujours est-il qu'ils se marièrent.
Je ne sais encore comment
Ils s'y prirent pour avoir tant
D'enfants aux yeux couleur de mer. 

***
Maurice Carême

jeudi 21 juin 2012

Le chant de l'eau



L'entendez-vous, l'entendez-vous,
Le menu flot sur les cailloux ?
Il passe et court et glisse,
Et doucement dédie aux branches,
Qui sur son cours se penchent,
Sa chanson lisse.

Là-bas,
Le petit bois de cornouillers
Où l'on disait que Mélusine
Jadis, sur un tapis de perles fines,
Au clair de lune, en blancs souliers,
Dansa ;
Le petit bois de cornouillers
Et tous ses hôtes familiers,
Et les putois et les fouines,
Et les souris et les mulots,
Écoutent
Loin des sentes et loin des routes,
Le bruit de l'eau.

Parmi les prés, parmi les bois,
Chaque caillou que le courant remue
Fait entendre sa voix menue
Comme autrefois ;
Et peut-être que Mélusine
Quant la lune, à minuit, répand comme à foison
Sur les gazons
Ses perles fines,
S'éveille et lentement décroise ses pieds d'or,
Et, suivant que le flot anime sa cadence,
Danse encore
Et danse. 
 
***
 Émile Verhaeren

samedi 16 juin 2012

Comme l'eau passe



Une rivière sur laquelle
Se couche à l'aise tout le ciel,
 
Quatre platanes qui se penchent
Jusqu'à toucher l'eau de leurs branches.
 
L'été scintille, transparent,
Avec l'éclat d'un diamant
 
Qu'un soleil lent mais entêté
Ne cesse jamais de tailler.
 
Comme l'eau passe devant moi,
Le temps coule entre les doigts 

***
Maurice Carême

vendredi 15 juin 2012

Le pêcheur de crevettes



Pêcheur de crevettes,
Quel joli métier !
Le ciel sur la tête,
La mer sur les pieds.
 
  Être balancé
Comme escarpolette
Parmi les mouettes
Dites, quel métier !
 
Le filet en fête,
L’écume en collier,
En faire à sa tête
Dans le vent salé,
Quel joli métier ! 

***
Maurice Carême

mardi 12 juin 2012

J'enrage



Il pleut, il pleut, il mouille.
J'en veux à la grenouille,
A la mésange bleue
Qui chantent quand il pleut.
 
Je donnerais mes billes,
Ma balle et mes groseilles
Pour qu'un peu de soleil
Sorte sur ses béquilles.
 
Mais que peut un enfant
Sinon montrer les dents
Sans jamais oser mordre !
 
Depuis l'aube, j'enrage.
Ah ! si je pouvais tordre
Le cou à ces nuages ! 

***
Maurice Carême

samedi 9 juin 2012

L'apprenti sorcier



Le vieux sorcier n'est plus là
Cette fois il est bien parti!
Cette magie qu'il m'interdisait
Est enfin à ma portée!
Je vais pouvoir essayer
De faire obéir les esprits,
jeter des sorts, jouer avec les maléfices!
Je vais montrer tout mon art!

- Flots! Flots! en avant!
Répandez-vous, ne vous ménagez pas!
Eau jaillissante du ruisseau
Viens remplir et éclabousser le bassin!

- Viens aussi, toi vieux balai,
Accroche ces chiffons autour de toi
J'ai besoin de ton aide
Obéis à mes ordres
Soumets toi à mes envies
Il te faut deux jambes pour te dresser,
Une tête,
Ca y est! vas-y! cours et dans chaque main
Prends un seau

- Flots! Flots! en avant!
Répandez-vous, ne vous ménagez pas!
Eau jaillissante du ruisseau
Viens remplir et éclabousser le bassin!

Regardez-moi ce vieux balai,
Il fait la course jusqu'à la rive
Ca y est, il plonge dans le courant du ruisseau
Il revient là en un éclair
et verse l'eau vite et bien
Et là encore il se hâte
L'eau se renverse, l'eau déborde des cuvettes bien remplies

- Stop! Assez! Écoute-moi!
Tu en as fait assez balai
Nous avons assez d'eau mon cher
Oh... j'ai oublié la formule
J'ai oublié ce que disait le vieux sorcier
Pour que le balai redevienne balai!
Ah il court et rapporte de l'eau plus vite encore
Comment le retransformer en manche à balai comme avant?
Il verse encore des torrents d'eau
Et encore et encore sur ma tête

- Non! Stop! Arrête toi
S'il te plait
Il faut que je l'attrape
Il est devenu méchant
J'ai de plus en plus peur
Ses yeux sont maintenant effrayants

- Créature de l'enfer, tu n'es pas humain!
La maison entière va être inondée
Du seuil au portail
Des flots d'eau comme un orage

- Balai maudit!
Qui n'en fait qu'à sa tête
Tu n'es qu'un morceau de bois
Encore une fois arrête! Ne bouge plus!
Tu ne veux pas t'arrêter balai?
Je vais m'emparer de toi
Te serrer fort, te frapper
Te fendre en deux, vieux bout de bois
Avec cette hache tranchante!
Oh non! Il retourne encore chercher de l'eau
Maintenant il la verse sur moi

- Attention Démon! Cette fois je vais te faire obéir
Crash! - La lame de cette hache a eu raison de toi!
Quel beau coup! Vraiment!
Là cette fois ça-y est. Il est coupé en deux!
J'espère que tout va aller maintenant
Je commence à respirer
Oh... oh non!! Pauvre de moi!
Les deux moitiés se lèvent et se dressent
Comme deux grandes tours!
Elles sont après moi

- Au secours À l'aide!
Elles courent chercher de l'eau !
 La pièce entière, les escaliers, tout est inondé ! 
Ça déborde de partout

- Mon dieu! Mon maître!
Au secours! Écoutez moi!
Ah! le vieux sorcier revient

- Oh, maître, quel malheur
Les esprits que j'ai réveillés
ne veulent plus m'écouter

- "Va dans ton coin
Balai, balai
  Écoute ton maître, tu n'en as qu'un
Va dans ton coin"

***
Goethe

vendredi 8 juin 2012

Peter Pan


Oh ! je ne suis pas partie !
J'ai eu plein de choses à faire, dont un mariage à prévoir pour très bientôt...
Je ne vous oublie pas et vous reviens d'ici peu avec de nouvelles hisotires !

En attendant, laissez-vous emmener par Peter Pan, 
au pays de vos rêves...

Mirabelle
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...