BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mardi 30 août 2011

La petite souris grise

 
 
Il était une fois une petite souris grise qui ressemblait comme deux gouttes d'eau à toutes les petites souris grises.

Un jour cette petite souris rencontra une fée qui était une très très gentille fée. La petite souris était très surprise de parler à une fée car elle croyait que cela n'arrivait que dans les contes de fées; Aussi, elle lui confia son secret et lui dit : 
- Gentille fée, sais-tu ce qui me ferait le plus plaisir au monde ?. 
Elle lui répondit qu'elle aimerait beaucoup le savoir car comme toutes les fées, elle accorde un vœu et un seul à toutes les personnes qui la croisent ! Et oui, tous les petits enfants savent qu'il est très difficile de trouver une fée !

La petite souris lui dit : "voilà, je voudrais être une jolie petite souris qui peut voler dans le ciel comme les oiseaux et avoir une jolie baguette magique comme les fées".

Aussitôt dit, aussitôt fait : la petite souris se transforma en une jolie petite souris avec une jolie baguette magique qui lui permettait de voler comme un oiseau ! Puis, il lui fallait construire une maison digne d'une fée. Aussi, elle décida de construire un château de fée dans le ciel sur les nuages. La petite souris choisit de le construire avec les petites dents de lait des enfants . Et oui ! Ces petites dents sont bien blanches et bien solides !!

C'est ainsi que , depuis ce jour, cette petite souris est devenue notre Petite Souris ! Elle veille sur tous les petits enfants, sur son nuage. Et la nuit, quand ils sont profondément endormis, elle descend sur la terre et entre tout doucement dans leurs chambres. Avec sa baguette magique elle donne un petit coup sur les dents de lait pour les ajouter à son château. Et pour remercier les enfants, elle dépose des pièces de monnaie ou des cadeaux. Il faut dire que la petite souris cherche des dents bien blanches et solides pour construire un château de fée, le plus blanc et le plus solide possible. Donc, plus la dent est blanche et plus le cadeau est grand !!!!

lundi 29 août 2011

Comment les Indiens expliquent pourquoi il y a des hommes noirs, blancs et rougess

Il y a bien longtemps, bien longtemps de cela, après que la Grand-Esprit eut créé le ciel, le soleil, une partie des étoiles et des nuages, il créa la terre, et lorsqu'il eut créé cette terre, ses yeux ne purent se détacher de ce que nous appelons aujourd'hui l'Amérique. Il trouva ce continent si beau qu'il voulut y faire vivre des créatures capables d'en apprécier les vastes forêts, les hautes montagnes, les cours d'eau brillants, les prairies parsemées de fleurs multicolores, et les arbres chargés de fruits savoureux.
Le Grand-Esprit pensa alors à modeler un homme qui lui ressemblerait et à qui il ferait don de cette terre magnifique.
Il prit de l'argile et se mit à l'oeuvre. Il travailla longtemps et lorsque l'argile lui sembla convenablement pétrie, qu'il en eut fait un corps à sa ressemblance, il la mit dans un four chauffé au rouge, afin de la cuire comme l'on cuit encore la brique ou la poterie. Mais le Grand-Esprit n'était pas habitué à cuire un homme. Le four était trop chaud. il y laissa trop longtemps la forme qu'il avait modelée et lorsqu'il la retira, elle était brûlée et noire : il avait créé un nègre, qu'il rejeta alors loin de lui et qui tomba en Afrique.
Le Grand-Esprit est patient comme doivent l'être tous ceux qui veulent réussir. Il se remit à l'oeuvre. Cette fois, il fit mieux. Le modèle était plus soigné, les traits se dessinaient plus finement ; on sentait que le Créateur avait profité de son expérience précédente. Souriant, il mit au four ce deuxième homme mais, inquiet à la pensée de le laisser brûler comme l'autre, il en arrêta trop tôt la cuisson. L'argile n'était pas assez cuite. L'homme était d'un blanc à peine teinté que le Grand-Esprit jugea terne. Il le rejeta loin de lui, comme il avait rejeté l'homme noir, et l'homme blanc tomba en Europe.
Le Créateur fit un dernier essai. Cette fois, le modèle était parfait : c'était l’œuvre d'un artiste consommé qui avait mis dans son travail toute sa science et tout son amour. Il prit cette forme et la déposa soigneusement dans le four chauffé à point. Il eut soin de la laisser cuire juste le temps convenable et, lorsqu'il la retira, elle était d'un joli rouge cuivré qui lui sembla digne d'être admiré. Et l'homme ainsi fiat fut déposé sur la terre, là où il devait développer sa race, la race des Indiens, au milieu de la belle nature et sous la protection du Grand-Esprit.
... Et les nègres et les Visages-Pâles se développèrenbt aussi sous d'autres cieux, amsi aux yeux des Indiens, Noirs et Blancs ne sont que des oeuvres imaprfaites, des "essais" du Créateur.

***
Hélène Fouré-Selter
Contes et légendes des Indiens Peaux-Rouges
Édition Fernand Nathan


jeudi 25 août 2011

Un lion à l'école

Il était une fois une petite fille qui n'aimait pas aller à l'école. Elle partait toujours en retard et n'arrivait jamais à l'heure, même en courant.
Un matin, en courant comme d'habitude, elle dépassa le coin de la rue et se trouva face à un lion qui l'attendait... Il la fixa de ses yeux jaunes et rugit. A cet instrant, la petite fille constata que ses dents étaient pointues comme des poignards !
- Je vais te manger, gronda-t-il, à moins que tu ne m'emmènes à l'école !
- Mais c'est impossible ! dit la petite fille. la maîtresse ne veut pas que nous amenions des animauix à l'école.
- Tant pis pour la maîtresse ! gronda le lion.
Et la petite fille vit sa queue battre furieusement d'un côté, puis de l'autre en faisnat "Flip ! Flop !"
- Bon, d'accord, dit-elle, mais à condition que tu me laisses monter sur ton dos pour aller à l'école.
- Entendu, dit le lion.
Il se coucha aussitôt sur le trottoir et la petite fille grimpa sur son dos. Elle chevaucha le lion jusqu'à l'école en se tenant bien fort à sa crinière.
La petite fille et le lion entrèrent dans la classe juste au moment de l'appel. La maîtresse s'interrompit en les voyant, puis elle dit à la petite fille :
- Je te rappelle qu'il est interdit de venir avec un animal...
Le lion se mit à battre de la queue, "Flip ! Flop !" et la petite fille expliqua :
- C'est mon ami qui vient avec moi à l'école, pas un animal.
- Bon, donne-moi son nom, alors
- Noil ! répondit la petite fille.
Elle pensa qu'il valait mieux ne pas indiquer à la maîtresse que son ami était un lion. C'est pourquoi elle retourna son nom à l'envers : LION - NOIL
La maîtresse inscrivit Noil sur le registre et termina l'appel.
- Sophie Petit ! dit-elle
- Présente ! dit la petite fille
- Noil ! dit la maîtresse
- Présent ! répondit le lion dans un murmure en ouvrant le moins possible ses mâchoires pour que la maîtresse ne puisse voir ses dents pointues comme des poignards.
Ensuite le lion s'assit près de la petite fille, sage comme une image.
A l'heure de la récréation, la petite fille et le lion allèrent dans la cour. Les écoliers interrompirent leurs jeux pour observer le lion, puis se remirent à jouer. La petite fille resta dans un coin de la cour avec son lion.
 - Pourquoi ne jouons-nous pas avec les autres ? demanda le lion.
- Je n'aime pas jouer avec eux parce qu'il y a des grands garçons qui vous font tomber.
Le lion gronda
- Moi, ils n'arriveront pas à me faire tomber !
- Et il y en a un grand, le plus grand de tous, qui me bouscule exprès. Il s'appelle Jacques Legrand.
- Lequel est-ce ? demanda le lion. Montre-le moi !
La petite fille désigna Jacques Legrand du doigt.
- Vu, dit le lion.
Justement le garçon se dirigeait vers la petite fille. Il faisiat des cercles en courant et se rapprochait de la petite fille et du lion.
- Va-t-en ! lui dit le lion; Tu pourrais faire tomber mon amie. File !
 - Je ne m'en irai pas ! dit le garçon.
La petite fille se cacha derrière le lion. Celui-ci commença à battre de la queue : "Flip ! Flop !"
Jacques Legrand approchait de plus en plus. Le lion rugit.
Alors le garçon aperçut ses dents de lion, pointues comme des poignards. Il cessa de courir, resta immobile à regarder la gueule du lion... Le lion ouvrit largement ses mâchoires - et si largement que Jacques Legrand entrevit sa gorge, sombre et profonde comme un tunnel, prêt à vous engloutir. Jacques Legrand pâlit.
Le lion rugit. il rugit, et rugit et RUGIT...
Tous les maitres sortirent pour voir ce qui se passait. Tous les élèves cessèrent de jouer et se bouchèrent les oreilles.
Jacques Legrand tourna les talons et courut, courut, courut... Il quitta la cour, passa les grilles de l'école et fila dans la rue. Il ne cessa de courir qu'en arrivant à la maison, après s'être jeté dans les bras de sa mère.
La petite fille sortit de derrière le lion
- Bravo, dit-elle. Bien fait pour lui. Je n'aurai plus jamais peur de lui maintenant.
- Bon, dit le lion en se dirigeant vers la sortie.
La petite fille l'appela, mais le lion ne lui répondit pas. Il s'en alla sans se retourner.
La petite fille ne le revit jamais mais cela lui était bien égal. Elle aimait l'école maintenant ! Elle n'arrivait plus jamais en retard car elle n'avait plus peur de Jacques Legrand !

***
Tiré de "Raconte-moi des histoires"






mercredi 24 août 2011

Une curieuse classe

 
Monsieur l'instituteur est parti et Mademoiselle est venue le remplacer.
Elle est gentille, Mademoiselle, avec son petit chignbon tout rond planté tout en haut du crâne ! Elle a beaucoup de travail, quatre classes à faire dans ce petit village, quel travail !
Nous, les grands, nous sommes très turbulents : il faut dire que c'est toujours la course pour ariver à se placer dès que la cloche a sonné. Il y a toujors un des grands qui se trouve tout seul à un banc.
Un jour, Mademoiselle, qui ne disait jamais rien, s'est fâchée et, le soir, on a entendu un grand bruit dans l'école. Tout le monde a pensé qu’elle partait.
Le lendemain matin, quand les grands sont arrivés, ils ont trouvé, oh ! surprise, une table ronde à la place des bancs : c'est celle de sa salle à manger.
Il n'y a plus jamais eu de dispute pour prendre la meilleure place. Et ce sont les amis de Mademoiselle qui sont ravis d'aller chez elle dîner sur des petits bancs d'écoliers.

***
Tiré de "Raconte-moi une histoire"

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...